1. Principe

L'acupuncture consiste en l'implantation d'aiguilles dans la peau, sur les lignes, les méridiens, dans lesquelles circule notre énergie. Ces lignes correspondent à une représentation superficielle de l'activité des viscères. En occident, les méridiens portent le nom de l'organe dont ils sont la projection. Il existe 14 méridiens. Chaque point d'acupuncture va concerner un organe en particulier. Par exemple, sur le méridien de l'intestin, on trouve un point pour la vessie, un pour le foie, un pour le gros intestin... De ce fait, on peut stimuler l'un ou l'autre de ces systèmes.

L'acupuncture va agir sur les systèmes nerveux ortho et parasympathique. Elle permet d'apporter une harmonie dans le fonctionnement des organes, de l'organisme en lien avec notre environnement extérieur.

2. La douleur

2.1. Définition des douleurs

Le mot douleur est un terme général ayant une connotation tant sur le plan physique que moral. On différencie:

  • l'algie: douleur physique locale ou régionale ne présumant pas de sa cause
  • l'analgésie: suppression de l'algie, de la sensibilité à la douleur
  • nociceptif: se rapporte aux stimulations provenant d'agents nocifs ayant une action au niveau de la peau et des muqueuses

Parmi les différents phénomènes douloureux, on retrouve:

  • douleur spontanée: stimulation nociceptive provoquée par un agent nocif supérieure au seuil de perception de la douleur
  • douleur provoquée: phénomène algique provoqué par une stimulation extéroceptive non douloureuse. Par exemple, à l'intérieur du corps, un organe est douloureux. La personne ne ressentira la douleur qu'en appuyant sur l'organe à la différence de la douleur spontanée (ou le toucher n'est pas nécessaire pour ressentir la douleur).
  • douleur rapportée: douleur d'origine nerveuse, en général due à l'irritation d'un nerf. la sensation douloureuse sera localisée au niveau de la peau (exemple de la sciatique)
  • douleur référée: elle est localisée au niveau d'un territoire cutané et a pour origine une stimulation nociceptive d'un viscère (exemple de l'angine de poitrine)
  • douleur par excès de déafférentation: au niveau de chaque organe, il existe une terminaison nerveuse sensible à la douleur. Si elle est stimulée, l'information va monter de l'organe jusqu'à la moelle épinière par les voix afférentes. Si elle parvient jusqu'au cerveau, la douleur sera ressentie consciemment. Beaucoup de messages douloureux n'arrivent pas jusqu'au cerveau; ils sont inhibés au niveau de la moelle épinière. Des douleurs pas excès de déafférentation seront ressenties lorsqu'il y a un défaut du processus d'inhibition au niveau de la moelle. On va alors ressentir une douleur permanente (exemple des séquelles de radiothérapie où le patient ressent beaucoup de douleurs au niveau de la région irradiée. Egalement exemple du membre fantôme chez l'amputé).
  • douleur vécue par le patient: elle va correspondre à une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable.

Face à la douleur, l'attitude d'un individu est variable:

  • comportement actif: l'individu accepte sa douleur et fait tout pour maintenir une activité normale malgré cette douleur.
  • comportement de cohabitation: le patient essaye d'oublier sa souffrance et de vivre plus ou moins bien dans un équilibre instable.
  • comportement anxieux: le malade se plaint à son entourage, recherche une communication lui permettant d'évoquer sa souffrance.
  • comportement de renoncement: le patient s'isole, abandonne ses centres d'intérêts habituels et va présenter des troubles de l'humeur, du caractère.

2.2. Circuit de la douleur

Une douleur périphérique va remonter jusqu'au cerveau en passant par la moelle épinière. A ce niveau, il existe un premier système de contrôle inhibiteur: un inter neurone peut bloquer le message nerveux pour qu'il ne parvienne pas jusqu'au cerveau. Il existe un autre système inhibiteur au niveau du système limbique inhibant les messages douloureux de la moelle. Il utilise la sérotonine comme neurotransmetteur.

Au niveau du cerveau, la formation réticulée reçoit simultanément toutes les afférences de tous les organes des sens. Elle va faire un tri de toutes les informations reçue. Une information importante sera mise en avant, une information douloureuse génèrera un message d'alarme associé à un état d'angoisse. Le système limbique localisé lui aussi au niveau du cerveau va associer une composante affective et relationnelle au stimulus douloureux. Ainsi, une douleur aigue intense et de courte durée générera surtout de l'anxiété. Par contre, une douleur chronique n'entrainera pas la mise en place d'un signal d'alarme; une humeur dépressive y sera associée.

3. Acupuncture et douleur

L'acupuncture va provoquer:

  • une analgésie immédiate à court terme. On suppose que l'acupuncture agit au niveau du système de contrôle inhibiteur de la moelle; on parle de "Gate control". Elle va renforcer ce contrôle.
  • une analgésie différée à long terme. L'acupuncture va montrer ses premiers effets au bout de quatre à huit séances. On cherche ici à bloquer les fibres de la voie extralémniscale afin qu'elles ne transmettent aucun message. Ces stimulations ont également un effet sur le comportement car elles ralentissent l'activité du système orthosympathique provoquant ainsi un état de bien être.

L'acupuncture inhibe également la libération des hormones du stress (le Cortisol) et augmente la libération d'ocytocine, hormone à effet relaxant, euphorisant. On constate alors une diminution de l'humeur dépressive, de l'anxiété.

L'inconvénient de l'acupuncture est qu'elle n'est pas efficace chez tout le monde et ses effets positifs ne se pérennisent pas dans le temps. Cependant, elle vient compléter l'effet des antalgiques et des anti-inflammatoires pour les personnes qui n'en ressentent plus les effets.




Voir aussi: