1. Introduction


Le principe de la nutrithérapie est de faire de l'aliment un médicament.

Aujourd'hui, on voit apparaitre des compléments alimentaires dont la composition repose sur la nutrithérapie.

Un alicament désigne l'utilisation d'un aliment particulier afin de traiter ou de prévenir l'apparition d'une maladie. Un alicament est un élément de prophylaxie permettant de retarder ou d'éviter l'apparition d'une pathologie. Il existe de nombreux alicaments commercialisés depuis une vingtaine d'année et prenant de plus en plus d'ampleur.

2. Vieillissement et nutrithérapie


On sait aujourd'hui que les vitamines E, A et C sont des substances anti oxydantes et se comportent dans l'organisme comme des éléments piégeurs de substances toxiques.

Une cellule en activité va produire des déchets que l'on nomme des radicaux libres. Ces radicaux libres sont des substances corrosives pour la cellule; ils provoquent l'oxydation des molécules qui la composent. Quand la cellule produit trop de radicaux libres, elle meurt. Le vieillissement cellulaire se traduit par une production de plus en plus importante de radicaux libres. Les radicaux libres sont produits par les cellules des notre naissance.

Dans les cellules, il existe des substances naturelles qui vont piéger les radicaux libres. Avec le temps, ces substances deviennent de moins en moins performantes, faisant augmenter le taux de radicaux libres dans la cellule. Ces substances ont besoins de vitamines pour bien fonctionner. L'idée de la nutrithérapie contre le vieillissement est d'apporter aux cellules plus de vitamines dont se nourrissent les substances piégeant les radicaux libres. Attention cependant, tout excès de vitamines ne sera pas utilisé par l'organisme, il sera éliminé. Ainsi, une alimentation équilibrée en fruits et en légumes contient des apports nécessaires pour el bon fonctionnement de l'organisme.

3. Les acides gras omégas 3


Dans l'alimentation sont présents des acides gras entrant dans la constitution des graisses de l'organisme que sont les lipides. Il existe différents lipides dont les triglycérides qui sont les lipides composés de trois acides gras. Les triglycérides sont très importants car ils jouent un rôle important dans la constitution des membranes cellulaires. Les tissus graisseux sont importants pour l'homéostasie; en cas de maladie, l'organisme aura besoin d'énergie qu'il puisera dans les tissus graisseux. Quand les réserves sont épuisées, l'organisme puise dans les tissus musculaires.

Il existe deux grandes familles d'acides gras:

  • les acides gras saturés
  • les acides gras insaturés dont les acides gras mono insaturés et les acides gras polyinsaturés

Les adjectifs "saturés et insaturés" font références à la structure chimique d'un acide gras. Un acide gras est constitué par un enchainement d'atomes de Carbonne (C), d'hydrogène (H) et d'oxygène (O°. Chaque atome a comme nécessité celle de constituer quatre liaisons, sinon il ne sera pas stable ce qui peut le rendre toxique.

Si un acide gras compte quatre atomes de carbones, on parlera d'un acide gras en C4. Quand tous les atomes de Carbonne sont liés à des atomes d'hydrogène, on parlera d'acides gras saturés. Il peut y avoir oxydation lorsque les atomes d'hydrogènes sont remplacés par des atomes d'oxygène; c'est le cas du beurre qui devient rance.

Parfois, un atome de carbone peut ne pas avoir d'hydrogène disponible afin d'effectuer une liaison. Dans ce cas, le Carbonne va faire une double liaison avec le carbone voisin qui va perdre une liaison d'hydrogène. L'acide gras est dit "insaturé". L'acide gras est "mono insaturé" s'il compte une double liaison et "polyinsaturé" s'il en compte plusieurs.

omega_3_aliments.jpg Les acides gras polyinsaturés que sont les omégas 3 et 6 sont dit acides gras essentiels parce que l'organisme ne peut pas les synthétiser mais en a un besoin vital; l'organisme doit donc les puiser dans notre alimentation. On peut les trouver dans le saumon, le thon, le maquereau, la sardine, l'huile de lin, de noix, de colza, les épinards, certaines algues et le gibier. Ils entrent en jeu dans:

  • la constitution des membranes cellulaires, dont celles des neurones
  • le fonctionnement du système cardiovasculaire: dans les années 1960, une étude a recensée le nombre de décès par crise cardiaque dans la population esquimaux et la population occidentale. Le taux de crise cardiaque chez les esquimaux est très faible. A l'opposée, la première cause de décès dans la population occidentale est les maladies cardiovasculaires. Or, ces deux populations ont une alimentation différente; les esquimaux ont une alimentation riche en acides gras polyinsaturées.
  • le bon fonctionnement du système hormonal
  • les processus inflammatoire: le cancer, le diabète et la dépression commencent à être considérées comme des pathologies inflammatoires. La dépression pourrait correspondre à un état inflammatoire du cerveau.


Les omégas 3 ont un effet protecteur sur les artères et le cœur. Ils ont également un effet anti inflammatoire et anti algique. Ils sont très utilisés au moment du développement du cerveau, celui-ci étant composé à 90% de lipides. Pour les femmes enceintes, un régime riche en oméga 3 et pauvre en acides gras saturés est préférable.

Les acides gras omégas 6 sont présents dans la viande d'élevage nourrie aux grains, l'huile de bourache, le cassis... Ce sont des stimulants du système immunitaires, ils accélèrent la cicatrisation mais sont par contre des médiateurs des réactions allergiques.

Il sera important de retrouver un bon rapport entre oméga 3 et 6 dans notre alimentation. Un excès d'oméga 6 empêche l'utilisation optimale des omégas 6 par l'organisme. Cet excès peut favoriser le diabète, les maladies cardio-vasculaires. Or, dans notre alimentation occidentale, on trouve 10 à 30 fois plus d'oméga 6 que d'oméga 3. Un rapport optimal est de un voire quatre oméga 6 pour un oméga 3.

4. Omega 3 et dépression

Les cellules du cerveau sont perpétuellement en renouvellement de leurs constituants, les organites, composées d'acides gras.

La constitution de notre nourriture va avoir des conséquences sur le bon fonctionnement de nos cellules: les graisses saturées vont rigidifier les membranes des neurones altérant la communication nerveuse. Au contraire, les graisses insaturées vont fluidifier les membranes améliorant, stabilisant la communication entre les cellules.

La dépression s’exprime par des difficultés au niveau de la libération de sérotonine. Les expériences sur les animaux montrent que par notre alimentation nous pouvons agir sur la qualité de la communication entre les neurones. On peut ainsi obtenir un effet sur notre comportement, en outre un effet antidépresseur.

Expérience sur l'animal

Lors d'une expérience, des chercheurs ont supprimé pendant trente jours les omégas 3 de l'alimentation de rats. Ils observent alors une augmentation de l'anxiété, des difficultés d'apprentissage d'une nouvelle tache (les omégas 3 auraient donc un rôle dans le processus de mémorisation), un comportement de panique dans les situations de stress et une diminution de l'expérience de plaisir.

Par contre, lorsque l'alimentation des rats est enrichie en oméga 3 avec un rapport équilibré en oméga 6, on observe une augmentation de la synthèse de sérotonine dans le cerveau émotionnel. La sérotonine est le neuromédiateur intervenant dans le plaisir; il a donc un rôle au niveau de l'humeur. Un déficit en sérotonine entraine une humeur dépressive; par contre, une augmentation en sérotonine améliore l'humeur. Les antidépresseurs fonctionnent à partir de ce principe.




Voir aussi:

Cours de master 1 de pharmacologie, Université de Savoie, recherches personnelles