Le stress est un facteur de risque important, plus important que la cigarette, en ce qui concerne les maladies cardiovasculaires.

Une dépression consécutive à un infarctus prédit le décès du patient dans les 6 mois suivants l'accident, de façon plus précise que toutes autres mesures effectuées sur la fonction cardiaque.

Dans les cas de stress importants, le cerveau émotionnel peut se dérégler et provoquer une souffrance, un épuisement du cœur. De même, si le cœur s'épuise, le cerveau émotionnel peut se dérégler. L'influence cœur/cerveau existe dans le double sens. Ainsi, si on agit sur le cœur, on va modifier l'activité du cerveau émotionnel, donc l'humeur de la personne.

1. Bases anatomiques de la cohérence cardiaque: le nerf vague

Le nerf vague est surtout constitué de fibres nerveuses. Il est connecté au système limbique et véhicule des informations motrices du cœur au cerveau et inversement. Le nerf vague a la particularité d'avoir un effet ralentisseur sur le rythme cardiaque. Par exemple, la relaxation, l'hypnose stimulent le nerf vague et régularisent les contractions du cœur.

En cas de stress, l'action du nerf vague va être inhibée, entrainant une inhibition du système parasympathique. Comme les systèmes ortho et parasympathiques sont en équilibres et antagonistes, si le système parasympathique est inhibé, le système orthosympathique sera quant à lui stimulé provoquant une augmentation du rythme cardiaque.

2. Qu'est ce que la cohérence cardiaque

2.1. Objectifs de la cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque permet un travail sur le nerf vague.

Le but de cette technique est de stimuler l'action du système parasympathique afin d'agir sur l'activité du nerf vague. Stimuler le nerf vague a un effet anxiolytique.

2.2. Le rythme cardiaque

L'intervalle de temps entre deux battements de cœur successifs n'est jamais le même. Cette variabilité de temps entre deux battements cardiaque est le signe d'un bon fonctionnement du système nerveux autonome. L'absence de variabilité est très grave, elle est le signe d'un mauvais équilibre entre systèmes ortho et parasympathique, et peut être prédicteur d'un décès à venir.

Cette variabilité au niveau des intervalles de temps entre deux battements cardiaques est liée à la respiration:

  • quand on inspire, le rythme cardiaque augmente
  • quand on expire, le rythme cardiaque ralentit

Une bonne variabilité du rythme cardiaque pendant l'inspiration et l'expiration est le signe d'une grande activité du nerf vague, que l'on nomme la cohérence cardiaque. Au contraire, une variabilité trop importante signe un état de stress, d'anxiété intense.

graphcoh_rence.gif

Entre la naissance où la variabilité cardiaque sera la plus forte est la fin de vie, nous perdons physiologiquement en moyenne 3% de variabilité cardiaque par an. Cela se traduit par:

  • une diminution de l'adaptabilité de notre physiologie aux variations de notre environnement émotionnel et physique. Pour exemple, les personnes âgées ont des difficultés à s'adapter à un nouvel environnement; elles se sentent tristes, dépressives dans un environnement qu'elles de connaissent pas.
  • une diminution d'énergie de notre organisme se traduisant par un épuisement.

2.3. Application de la cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque est une technique utilisée dans les thérapies cognitives et comportementales pour le traitement du stress et plus particulièrement des phobies. On va apprendre au patient à augmenter son différentiel cardiaque durant les situations stressantes. En modifiant son rythme cardiaque, le patient va ainsi modifier liées à la situation problématique.

Dans les états d'anxiété, de dépression ou de colère, l'amplitude de temps entre deux battements cardiaques devient irrégulière, chaotique d'un battement à l'autre. Par contre, une cohérence au niveau des intervalles de temps entre les battements cardiaques signe un bien être.

Afin d'enseigner, de travailler la cohérence cardiaque, il est possible de réaliser un biofeedback. Il permettra de conditionner la personne afin qu'elle puise entrer en cohérence cardiaque quand cela est nécessaire, par évocation d'un souvenir agréable ou d'une image agréable par exemple. Cet apprentissage nécessite deux phases:

  • phase de conditionnement: un ordinateur et un logiciel adapté permet de visualiser les battements cardiaques et les conséquences de modifications au niveau de la respiration
  • phase d'application en situation




Voir aussi:

Cours de master 1 de pharmacologie, Université de Savoie, recherches personnelles