1. Classifications des psychotropes

Il existe différentes classification des psychotropes car aucune n'est à ce jour satisfaisante. Ces classifications peuvent reposer:

  • sur la structure chimique de la molécule
  • sur l'effet des molécules
  • sur le lieu d'action des molécules
  • sur la pathlogie traitée avec la molécule

Selon la classification de Delay et Denicker, il existe trois actégories de psychotropes:

  • les psychotropes dépresseurs parmi lesquels on rertouve:

- les hypnotiques ayant une action sur la vigilance

- les anxiolytiques (tranquilisants) ayant une action sur l'anxité

- les neuroléptiques ayant principalement une action sur l'humeur

  • les psychotropes stimulants
  • les psychotropes régulateurs pouvant être soit excitateurs, soit dépresseurs en fonction de l'état physiologique du sujet
  • les psychodysléptiques qui dévient l'activité cérébrale

2. Notion de dépendance

Les psychotropes peuvent entrainer un état de dépendance qui peut être:

  • physique: quand le sujet arrête sa consommation de psychotropes, il ressent des modifications physiques, organiques désagréables (malaises, vomissements, suées, crampes). La souffrance plus ou moins importante qui en résulte va s'estomper après quelques jours d'abstinence. Cette dépendance fait que certains sujets redoutent l'arrêt des psychotropes.
  • psychologique: même si le patient arrête de consommer des psychotropes, il peut leur rester lié psychologiquement. C'est notamment le cas de la nicotine. On peut alors observer des troubles de l'humeur chez des patients arrêtant de consommer cette substance. Cette dépendance psychologique peut durer pendant quelques années voire toute la vie de l'individu. C'est le cas des gros fumeurs chez qui on observe des rechutes après 15 à 20 ans de non consommation de cigarettes.
  • physique et psychique: les substances qui vont induire ce type de dépendance sont les plus dangereuses.

Le phénomène de dépendance est en lien avec les effets synaptiques de la substance: certaines substances peuvent induire très rapidement une dépendance alors que pour d'autres, la dépendance sera plus lente à s'instaurer. Tous les psychotropes peuvent induire des conduites de dépendance, notamment psychologiques, à des degrés plus ou moins importants.

2.1. La dépendance selon l'OMS

On peut définir un état de dépendance lorsqu'un produit devient une exigence supérieure par rapport à d'autres comportements qui étaient auparavant plus importants; seule compte la prise de psychotropes. Le phénomène de dépendance explique les comportements déviants de certains toxicomanes (vol, agression, prostitution...). La dépendance entraine une addiction au produit:

  • besoin impérieux de la substance
  • recherche compulsive de la substance

2.2. Plusieurs hypothèses de la dépendance

2.2.1. Théorie du renforcement négatif

Les personnes consomment des psychotropes pour éviter des phénomènes négatifs tels que ceux ressentis lors du sevrage. Cependant, certains produits, comme la cocaïne n'induisent pas de dépendance physique; cette théorie n'est pas suffisante pour expliquer la dépendance à ces produits.

2.2.2. Théorie du renfoncement positif

La consommation de psychotrope vise à répéter un phénomène, une sensation positive.

La dépendance serait expliquée par l'intrication des ces deux théories. Pour les drogues d'abus, entre autres, la première prise entrainerait des sensations positives qui seraient recherchées dans les prises suivantes. La répétition de la consommation vise également à éviter les phénomènes désagréables liés au sevrage.

Quelque soit le produit en jeu, le neuromédiateur intervenant dans les conduites de dépendance est la dopamine, libérée par l'ATV. Les psychotropes vont venir modifier la libération de dopamine au niveau du circuit de la récompense et du plaisir, soubassement de la théorie du renforcement positif.

3. Site d'action des psychotropes

Les psychotropes agissent au niveau cérébral, et plus particulièrement au niveau synaptique.

La complexité du fonctionnement d'une synapse va permettre aux psychotropes d'avoir divers modes d'action:

  • action sur la libération du neurotransmetteur
  • action sur la recapture pré synaptique du neurotransmetteur
  • action sur les récepteurs post synaptique

- action agoniste: le psychotrope va avoir la même action que le neurotransmetteur présent dans la synapse

- action antagoniste: le psychotrope va avoir un effet opposé au neurotransmetteur présent dans la synapse; il va alors bloquer les récepteurs post-synaptiques

  • action sur les enzymes de dégradation des neurotransmetteurs:

- activation des enzymes

- inhibition des enzymes (exemple des antidépresseurs)

4. Utilisation des psychotropes

Les psychotropes ont aujourd'hui trois principales utilisations:

  • utilisation comme drogue sociale: les psychotropes vont participer à l'identité sociale d'un groupe d'individus mais leur utilisation ne va pas perturber la vie sociale de l'individu. C'est par exemple le cas du tabagisme chez les jeunes.
  • utilisation comme toxicomanie: les psychotropes deviennent dans ce cas de véritables drogues dont la consommation isole, marginalise l'individu. Il s'agit là d'un détournement de substances thérapeutiques.
  • utilisation dans un cadre thérapeutique