“Nul individu ne peut séjourner en un point sans y laisser la marque de son passage, surtout lorsqu’il a du agir avec l’intensité que suppose l’action criminelle », Principe d’ Edmond Locard

Préambule

La psychocriminalistique est une science nouvelle qui n’existe que depuis peu…

On rappelle que la science (latin scientia, “ connaissance ”) désigne un ensemble de connaissances produites à l'aide de la méthode scientifique. La science s'oppose donc aux dogmes, qui ne s'intéressent pas à la réalité empirique. Les connaissances ainsi produites permettent, à la différence des connaissances dogmatiques, de réaliser des productions concrètes…

On rappelle qu’il ne faut pas oublier que la science est historiquement et nécessairement liée à la philosophie et qu'il existe un lien constitutif aux sciences de ce mode particulier de penser qu'est la philosophie…

C'est parce que quelques penseurs en Ionie dès le VIIe siècle av. J.-C. eurent l'idée que l'on pouvait expliquer les phénomènes naturels par des causes naturelles qu'ont été produites les premières connaissances scientifiques…

aristote.jpg (buste d'Aristote, 384 - 322 avant JC) Les premiers philosophes ont été amenés à faire de la science (sans que les deux soient confondues).

Ce lien avec la philosophie n'existe plus depuis la fin du Moyen âge…

Mais à contrario chaque science est sous-tendue par une certaine philosophie…

Y compris la psychocriminalistique (ex le doute, l’humilité, contrecarrer la vision en tunnel…).

Définition

La psychocriminalistique est née de la volonté de quelques uns… ayant constaté la nécessité de réunir un certain nombre de connaissances et de techniques permettant d’appréhender de manière moderne des problématiques criminelles avec les outils actuels issues des sciences du comportement et de la psychologie, mais également des neurosciences, de la psychiatrie, de l’intelligence artificielle, de la médecine légale… Il s’agit donc de contribuer à l’analyse du fait judiciaire, l’identification et la compréhension de son auteur et des victimes au travers de techniques issues des sciences humaines centrées sur l’étude du psychisme humain (psychiatrie, psychologie, neurosciences, sciences du comportement).

Il nous est apparu en effet que les disciplines existantes notamment criminologie et criminalistique « classique » ne permettaient de répondre à un certain nombre de questionnement et de problématiques de praticiens de terrain.

Auguste_comte.jpg (Auguste Comte, 1798 - 1857) C’est ainsi que la criminologie est née officiellement à peu près en même temps que la sociologie (Auguste Comte et Émile Durkheim); elle s'est presque aussitôt enrichie des apports de la médecine, de la psychologie, du droit et de la pénologie, avant de se développer en direction de la biologie et de la psychologie sociale.










A l'origine, dans la moitié du XIXe siècle, la criminologie est d'abord un discours sur le crime et la criminalité, ce qui en fait un des premiers champs d'étude de la sociologie.


pinel.jpg (Philippe Pinel, 1745 - 1826) Mais, comme depuis le siècle des Lumières, d'une part des juristes s'intéressent au sort que l'on doit réserver aux délinquants (Beccaria, Hélie Faustin), d'autre part des médecins cherchent à comprendre et à traiter l'esprit criminel (voir Pinel), très rapidement la criminologie s'est développée dans la direction de la compréhension du criminel (Lombroso, Ferri, Lacassagne) et un peu plus tard celle de sa victime…





Mais depuis la fin du XIXe siècle,la criminologie au sens large est la science dont l'objet polymorphe est constitué par tout ce qui touche le phénomène criminel: le crime, la criminalité, le criminel et sa victime, mais aussi et par extension la prévention du crime, la réaction sociale face au crime, la place des victimes dans le processus criminel, les instances de lutte au crime, le contrôle de la déviance, l'étude de la violence physique ou morale, etc.


journal.jpg

Du fait d’un vaste et multiple objet, la criminologie a eu du mal à développer son monopole méthodologique et son autonomie scientifique. Dès son origine, elle a été tiraillée par des mouvements tantôt centripètes tantôt centrifuges. Les premiers ont favorisé le passage des disciplines mères à une science autonome ; on a vu, par exemple, la sociologie criminelle devenir la criminologie sociologique, la psychologie criminelle se transformer en criminologie psychologique, la biologie criminelle muer en biocriminologie.






lacassagne.jpg (Alexandre Lacassagne, 1843 - 1924) Mais, à l'inverse, surtout à la fin du xxe siècle, on a vu croître la tendance au développement de disciplines spécialisées telles que la victimologie, les sciences policières, la polémologie, la génétique criminelle, le profilage criminel, etc.

La criminalistique est l'ensemble des techniques mises en oeuvre par la Justice et la Police pour établir la preuve d'un délit ou d'un crime et d'en identifier son auteur.La criminalistique s'intéresse à la criminologie, elle constitue une science jumelle bien distincte, complémentaire de l’étude doctrinale et appliquée au phénomène appelé crime pris dans le sens large du terme, c'est-à-dire toute agression dirigée contre les valeurs morales ou sociales légalement définies ou pénalement protégées.

La psychocriminalistique a la prétention de constituer une science et s’appuie donc sur une expérimentation rigoureuse.

Par essence elle se méfie de l’approximation et du discours abscons qui a pollué bien des expertises et contrarié un certain nombre d’enquêtes… Elle vise à la recherche de la preuve scientifique et de l’efficacité dans la découverte de la vérité.

De fait elle s’inscrit totalement dans les orientations actuelles définit par le chef de l’Etat lors de ces derniers vœux au Monde judiciaire:

sarko.jpg « Je pense en effet qu'il est possible dʼaboutir à un consensus sur une nouvelle procédure pénale, plus soucieuse des libertés, plus adaptée aux évolutions de la police technique et scientifique. A lʼheure de lʼADN, la procédure pénale ne peut plus avoir pour socle le culte de lʼaveu »…



Et d’une manière plus générale la psychocriminalistique apparaît totalement nécessaire dans la conduite des enquêtes et expertises actuelles.

Conclusion

Il est clair qu’aujourd’hui, existe un retard manifeste de la France par rapport au monde judiciaire anglo-saxon et que notre nation se doit de sortir de son « splendide isolement »…

D’où effectivement l’idée de la création à la Faculté de Lyon en association avec La Faculté de Grenoble du 1er DIU de Psychocriminalistique qui s’inscrit dans la grande tradition de la criminologie lyonnaise…

iml_lyon.jpg