1.Le syndrome confusionnel

Le syndrome confusionnel est défini par un début brusque et une évolution brève (inférieure à 6 mois) avec des fluctuations au cours de la journée. On retrouve :

  • Une obnubilation de la conscience
  • Des troubles cognitifs :

- Désorientation temporo-spatiale

- Troubles attentionnels

- Désorganisation globale de l’activité psychique

- Troubles mnésiques antérogrades et rétrogrades avec présence de fabulations

  • Des troubles psychomoteurs :

- Hypoactivité ou hyperactivité psychomotrice avec incoordination

- Inversion du rythme nycthéméral

  • Des troubles de l’humeur : perplexité anxieuse, angoisse, agressivité
  • Des délires oniriques avec zoopsies (hallucinations visuelles concernant des animaux intensément vécues et à l’origine de troubles du comportement majeurs).

2.Exemple d’une cause toxique très fréquente : l’alcoolisme

L’alcoolisme entraine une neurotoxicité directe et indirecte, cette dernière étant due principalement à une carence vitaminique. L’alcoolisme est responsable de nombreuses pathologies neurologiques. Certains circuits neuronaux vont être particulièrement vulnérables.

Traitement : arrêt de l’intoxication alcoolique avec suppléments vitaminiques.

2.1.Le syndrome de Korsakoff

L’atteinte est purement mnésique avec la présence d’une amnésie antérograde et rétrograde. Le patient présente une désorientation temporo-spatiale avec des fabulations et des fausses reconnaissances. Le patient est anosognosique.

korsakoff.jpg


Effet toxique de l'alcool sur le cerveau

Comparaison entre IRM de deux hommes de 43 ans, l'un normal, l'autre alcoolique. Le cerveau de l'homme alcoolique à droite est massivement rétréci en raison de la perte de cellules.

Lésions : circuit de Papez : thalamus, corps mamillaires (nécrose hémorragique), trigone, atteinte frontale ou cingulaire

3.Exemple d’une cause métabolique très fréquente : l’encéphalopathie hépatique

L’encéphalopathie hépatique est en lien avec une insuffisance hépatocellulaire majeure.

Le tableau clinique n’est pas spécifique avec un syndrome confusionnel et des troubles du tonus musculaire.

Diagnostic : bilan biologique, EEG

Traitement : étiologique