Auteur : Weschler

La WAIS est une batterie d’évaluation des performances cognitives étalonnée de 16 à 89 ans ; elle peut donc être administrée à un public adolescent, adulte et âgé. La catégorie socioprofessionnelle est également prise en compte.

Cette échelle est composée d’une grande variété de subtests et permet d’observer comment el sujet ou le patient se comporte dans un nombre varié de taches. Elle permet de développer des hypothèses sur les aptitudes altérées ou épargnées du patient, qui pourront ensuite être étudiées de façon plus spécifiques au cours du bilan neuropsychologique. La WAIS correspond à une première évaluation très complète dans aptitudes cognitives, intellectuelles.

Les applications de la WAIS sont nombreuses :

  • Utilisation dans un but d’orientation scolaire (dans ce cas on utilisa la version pour enfant), d’évaluation des troubles de l’apprentissage ou de capacités exceptionnelles.
  • Utilisation dans le but d’établir un diagnostic différentiel de troubles cognitifs ayant une origine organique (neurologique) ou psychiatrique, affectant le fonctionnement mental (but principal de cette échelle).

Recommandations :

Lorsque l’on fait une évaluation des performances cognitives d’un patient suspecté de présenter des déficits cognitifs, on ne calcul que très rarement le QI total qui ne présente aucun sens en neuropsychologie.

L’utilisation de la WAIS est différente selon l’objectif que l’on a. On va administrer au patient les différents subtests de l’échelle afin d’établir un profil des performances. On va pouvoir observer où sont les forces et les faiblesses le QI verbal, le QI performance, afin de voir si un domaine en particulier est altéré. On pourra alors proposer des épreuves supplémentaires afin de valider ou non les hypothèses que l’on peut faire à partir du profil des performances.

Dans l’utilisation de la WAIS, il ne faut pas se satisfaire uniquement des calculs quantitatifs. Il faut également avoir une analyse qualitative des performances avec une analyse des erreurs.

Lorsque l’on suspecte un retard mental chez un enfant ou un adulte, Le calcul du QI global n’est pas un critère diagnostic suffisant. Il faudra prendre en compte des variables telles que l’évolution des capacités du sujet, son évolution dans le cadre familial, institutionnel et social.

Lorsque l’on s’engage dans le calcul d’un QI, qu’il soit global ou non, il faut toujours prendre en compte l’origine sociale, culturelle, linguistique du sujet, facteurs pouvant biaiser ses performances. Il faut également prendre en considération des variables comme l’anxiété, la présence de troubles attentionnels, psychopathologiques, de la concentration, sensoriels, la capacité à soutenir un effort et la motivation du patient.

1.La WAIS-R

La WAIS-R est une version révisé de la WAIS qui date de 1989. A l’origine, deux facteurs étaient décrits comme étant impliqués dans les différents subtests de la WAIS :

  • Un facteur d’aptitudes verbales mesuré par le QI verbal
  • Un facteur d’organisation perceptive, d’attention et de mémoire, mesuré par le QI performance.

1.1.Organisation de la WAIS-R

L’échelle verbale compte 6 subtests :

  • Information
  • Mémoire des chiffres
  • Vocabulaire
  • Arithmétique
  • Compréhension
  • Similitudes

L’échelle performance compte 5 subtests :

  • Complètement d’images
  • Arrangement d’images
  • Cubes
  • Assemblage d’objets
  • Code

1.2.Description de chaque épreuve

1.2.1.Information

Description : Subtest composé de 28 items concernant des questions générales sur des évènements culturels.

Exemples : Qu’est ce qu’un thermomètre ? A quelle invention est associé le nom de Gutemberg ? Qu’est ce qu’un copte ?

Processus évalués : culture générale, expression verbale

Cotation : 0 ou 1 ; il faut toujours se poser la question d’un petit niveau ou d’un déficit lorsqu’il y a un problème. Il faut envisager que le patient n’a jamais eu connaissance de l’information.

1.2.2.Mémoire des chiffres

Description : Subtest composé de 2 séries d’exercices. Dans la premières (ordre direct), on compte 16 items composés d’une série de chiffre à répéter dans le même ordre que l’examinateur. La seconde série (ordre inverse) est composée de 14 séries de chiffres à répéter dans l’ordre inverse de l’examinateur.

Exemples : 1-7 ; 4-2-7-3-1…

Processus évalués : mémoire à court terme (empan endroit) et mémoire de travail (empan envers)

Cotation : 0, 1 ou 2. Il est possible de proposer des essais supplémentaires afin d’avoir plus d’informations.

1.2.3.Vocabulaire

Description : définition de 33 mots à l’aide de synonymes ou de phrases courtes.

Exemples : Que veut dire le mot « instruire » ? Que veut dire le mot « héréditaire » ? Que veut dire le mot « conjecture » ?

Processus évalués : culture générale, connaissances lexicales, élaboration du discours, langage. Cette épreuve est très influencée par le niveau socioculturel.

Cotation : 0, 1 ou 2 selon la précision de la réponse.

1.2.4.Arithmétique

Description : Résolution de 20 problèmes mathématiques en un temps limité, sans avoir l’énoncé sous les yeux.

Exemples : A la fin de la journée, un boulanger a vendu 56 pains. L’après-midi, il en a vendu 19. Combien de pains a-t-il vendu le matin ?

Processus évalués : capacités de résolution de problèmes, de raisonnement (mise en place de stratégies), calcul mental, mémoire de travail, compréhension d’énoncés verbaux complexes, mémoire auditive à court terme, attention.

Cotation : 0, 1 ou 2 points selon la justesse de la réponse et la difficulté de l’item.

On peut laisser la possibilité de résoudre les problèmes par écrit en cas de déficit de la mémoire de travail.

1.2.5.Compréhension

Description : explication de 18 situations ou proverbes.

Exemples : Quelles sont les raisons pour lesquelles on fait cuire de nombreux aliments ? Pourquoi y a-t-il un âge minimum pour voter ?

Processus évalués : fait appel au bon sens et aux règles de fonctionnement de notre société. Il mesure le niveau de raisonnement logique verbal. Ces un Subtest censé être robuste, c'est-à-dire peu sensible à la détérioration mentale.

Cotation : 0, 1 ou 2 points selon la précision de la réponse.

1.2.6.Similitudes

Description : il s’agit de trouver la ressemblance, le point commun entre deux mots. Le subtest e st composé de 19 paires de mots.

Exemples : en quoi une table et une chaise se ressemblent ? En quoi manger et dormir se ressemblent ? En quoi sédentaire et nomade se ressemblent ?

Processus évalués : capacité d’abstraction de concepts verbaux, de raisonnement et de compréhension verbal.

Cotation : 0, 1 ou 2 points selon la précision de la réponse.

1.2.7.Complètement d’images

Description : il s’agit de trouver le détail qui manque sur 25 cartes

Processus évalués : capacité d’observation, d’analyse concrète visuo-spatiale, exploration visuelle. Ce test requiert des connaissances générales sur un matériel visuel

Cotation : 0 ou 1 point selon la justesse de la réponse.

1.2.8.Arrangement d’images

Description : il s’agit de remettre dans l’ordre une série de cartes en un minimum de temps

Processus évalués : classement, organisation logique et temporelle, raisonnement, jugement sur du matériel non verbal, capacité de séquençassions, d’ordonnancement et d’organisation perceptive.

Cotation : 0, 1 ou 2 points selon la précision de la réponse. L’épreuve étant chronométrée, il faut regarder si un échec est du à un problème de lenteur ou à une incapacité de sériation.

1.2.9.Cube

Description : reproduction de 14 modèles à l’aide de cubes uni ou bicolores en un temps limité.

Processus évalués : organisation visuo-spatiale, visuo-constructives (nécessite la mise en référence de l’espace par rapport au sujet lui-même), l’exploration visuelle

Cotation : variable selon le temps mis pour effectuer la tache.

Exemple :

wisc_blokken1.png

wisc_blokken2.png


1.2.10.Assemblage d’objets

Description : puzzle à reconstituer en un temps limité

Processus évalués : capacité de synthèse visuelle (partir de parties pour arriver à un ensemble cohérent), d’exploration visuelle, capacités visuo-constructives, organisation visuo-spatiale (formation de concepts visuels et transfert de cette information aux commandes manuelles).

Cotation : 0 à 12 points selon la précision de la réponse, le temps mis pour effectuer la tache et la complexité de cette dernière.

Cette épreuve est facultative ; elle est administré que si l’un des subtests de l’échelle de performance pose problème (interprétation ou autre). Il n’est pas pris en compte dans le calcul du QI dans la WAIS III à la différence de la WAIS R.

1.2.11.Code

Description : compléter un ensemble de cases vides à l’aide de signes en fonctions du chiffre indiqué, dans un temps limité de 120 secondes.

Processus évalués : capacités visuo-constructives, vitesse de traitement de l’information, automatisation d’une procédure, attention, capacités motrices.

Cotation : nombre de case correctement remplies en temps limité. Il est important de réaliser une analyse qualitative de cet exercice, les erreurs étant source d’informations importantes.

1.3.Calcul du QI

  • Etape 1 : calculer la note brute pour chaque subtest : pour cela, il suffit d’additionner le nombre de point obtenus à chaque épreuve.
  • Etape 2 : convertir les notes brutes en notes standards en se reportant au tableau 18 du manuel. Cette conversion est basée sur le groupe dé référence, celui des 10-34 ans et sert pour tous les sujets, quelque soit leur âge.
  • Etape 3 : faire la somme des notes standards obtenues pour l’échelle verbale et l’échelle performance et la somme globale pour l’échelle totale.
  • Etape 4 : convertir ces diverses sommes en termes de QI à partir du tableau 19, prenant en compte l’âge des participants.

2.La WAIS III

2.1.Pourquoi une nouvelle version ?

Diverses raisons ont motivé la création d’une nouvelle version de la WAIS :

  • Le Flynn Effect : inflation des scores du QI au cours du temps
  • Les auteurs ont voulu rendre le matériel de la WAIS plus attractif
  • Avancées sur le plan théorique autour du concept « d’intelligence » ; les facteurs impliqués dans les différents subtests se sont complexifiés. La recherche à pu mettre en évidence une relation étroite entre les capacités de mémoire de travail, de vitesse de traitement de l’information et le facteur g (facteur général d’intelligence ou intelligence fluide, Kyllonen et Cristal, 1990). La vitesse de traitement et la mémoire de travail sont ainsi envisagés comme des médiateurs du fonctionnement cognitif.

2.2.Les nouveaux subtests

Trois nouveaux subtests ont fait leur apparition dans la WAIS III

2.2.1.Matrices

Description : Le sujet regarde une matrice à laquelle il manque une partie. Il doit identifier, parmi les cinq réponses possibles, laquelle complète la matrice.

Exemple :

matrices.gif

Processus évalués : raisonnement logique sur du matériel non verbal. Cette épreuve mesure le facteur g. elle est similaire à l’épreuve du PM 38.

Cotation : 1 point par réponse correcte

2.2.2.Séquence lettres-chiffres

Description : restituer dans l’ordre alphabétique et croissant une série de chiffres et de lettres donnée dans le désordre

Exemple : K-2-C-7-S ; la réponse attendue est 2-7-C-K-S

Processus évalués : mémoire de travail, attention

Cotation : 1 point par série correctement restituée.

2.2.3.Symbole

Description : la tache se présente sous la forme de séries de deux groupes de symboles. Le patient doit indiquer si oui ou non il retrouve un des deux symboles isolés dans le groupe de cinq symboles. Le temps de passation est limité à 2 minutes.

Processus évalués : Fait intervenir le repérage et l’analyse visuelle de formes graphiques complexes, la discrimination perceptive, la vitesse de traitement de l’information

Cotation : nombre de réponses correctes produites en 2 minutes.

2.3.Organisation de la WAIS III

La WAIS III nous permet de calculer un QI global, un QI verbal et un QI performance, comme dans la WAIS-R. de plus, elle nous permet de calculer quatre indices.

2.3.1.Echelle verbale

Rentre en compte dans le calcul du QI verbal :

  • Le vocabulaire
  • Les similitudes
  • L’arithmétique
  • L’information
  • La mémoire des chiffres
  • La compréhension

L’épreuve séquence lettres/chiffres est facultative ; elle n’est administrée que s’il y a un déficit au niveau du subtest mémoire des chiffres.

2.3.2.Echelle performance

Rentre en compte dans le calcul du QI performance :

  • Le complètement d’images
  • Le code
  • Le cube
  • Matrices
  • Arrangement d’images

L'épreuve assemblage d'objets est facultative.

2.3.3.Indice de compréhension verbal

Les subtests pris en compte dans le calcul de l’indice de compréhension verbal sont :

  • Vocabulaire
  • Similitudes
  • Information

L’indice de compréhension verbal reflète la performance verbale du sujet indépendamment des capacités d’attention, de concentration ou de la vitesse de réalisation des taches.

2.3.4.Indice d’organisation perceptive

Les subtests pris en compte dans le calcul de l’indice d’organisation perceptive sont :

  • Complètement d’images
  • Cubes
  • Matrices

Cet indice reflète la performance du sujet dans des taches peut dépendants de la vitesse de traitement. Il constitue une bonne mesure des capacités visuo-spatiales du sujet.

2.3.5.Indice de mémoire de travail

Les subtests pris en compte dans le calcul de l’indice de mémoire de travail sont :

  • Arithmétique : le calcul mental implique de mémoriser des chiffres, de faire des opérations dessus afin de produire un résultat.
  • Mémoire des chiffres
  • Séquences lettres/chiffres

Cet indice met l’accent sur les performances du sujet dans des domaines nécessitant des capacités de concentration et d’attention vis-à-vis d’informations verbales, des capacités de formulation et de résolution mentale de problèmes. Ces épreuves supposent la répétition de l’information stockée ainsi que la coordination de plusieurs traitements cognitifs.

2.3.6.Indice de vitesse de traitement

Les subtests pris en compte dans le calcul de l’indice de vitesse de traitement sont :

  • Code
  • Symbole

Cet indice met l’accent sur la performance du sujet dans des domaines nécessitant rapidité et précision d’exécution. Cet indice reflète la capacité à initier, organiser des stratégies efficaces d’action et/ou la capacité à réaliser rapidement une tache simple.

2.4.Calcul du QI

A la différence de la WAIS R, la transformation des notes brutes en notes standards se fait en se référent aux résultats du groupe d’âge du sujet évalué, afin de mieux prendre en considération les changements cognitifs liés à l’âge.

Le principe du calcul des QI et des indices reste le même. Il suffit de convertir la somme des notes standards en QI avec :

  • La table A3 pour l’échelle verbale
  • La table A4 pour l’échelle performance
  • La table A5 pour l’échelle globale
  • Les tables A6, A7, A8 et A9 pour les indices factoriels

Voir aussi...:

Bibliothèque: