1 Virologie

Taxonomie : virus HIV-1 et HIV-2 pathogènes

Catégorie d’hôte : vertébrés

Ordre : mononégavirales

Famille : 61-Rétrovirae

Genre : 61.06 : lentivirus

Groupe : 61.065 : primate lentivirus

Espèce : 1 et 2

2 Propriétés des virions

2.1 Propriétés morphologiques

virus_sida.jpg Ils sont enveloppés dans une capside sphérique, mesurant de 80 à 100 nm. Leur surface est rugueuse et dotée d’épines de 8 nm de longueur.




2.2 Propriétés physiques

Ils sont sensibles à la chaleur, aux détergents, au formol mais ne sont pas sensibles à l’irradiation.

2.3 composition chimique

Ce virus est composé à 60% de protéine, à 35% de lipides, à 3% de glucides et à 2% d’ARN viral monobranche non infectieux : le matériel nucléique du virus n’est pas infectieux.

Ce virus est faiblement azoté, il n’est pas complexe d’où le problème ; en effet, plus un virus est complexe, plus il est fragile. A l’inverse, plus il est simple, plus il est résistant.

3 Cycle réplicatif du VIH

Par un processus d’absorption, il y a un accrochage moléculaire sur le site récepteur du lymphocyte. L’absorption est un phénomène d’adhésion superficielle qui se produit lorsqu’une substance solide, liquide ou gazeuse entre en contact avec une autre substance solide ou liquide, sans qu’il y ait combinaison chimique ou dissolution.

Il y a fusion des membranes entre la cellule lymphocytaire et le virion ; pénétration du cœur du virion qui contient l’ARN. Grace à une enzyme, il y a une transcription reverse de l’ARN viral. S’en suit une intégration de l’ARN viral au génome de la cellule cible. L’RAN viral se mélange à l’ADN cellulaire et génère dans le noyau de la cellule un provirus (mélange d’ARN viral et d’ADN cellulaire). Puis, deux étapes se font en parallèle :

  • Traduction : étape inverse de la transcription reverse
  • Synthèse moléculaire de la capside. C’est la cellule cible qui donne naissance à l’ARN viral et à la capside qui va le transporter.

Enfin, la capside contant l’RAN viral sont libérés dans l’organisme.

Le virus est capable d’infecter les lymphocytes T4 qui sont des cellules complexes. Le HIV s’introduit dans les lymphocytes T4 par le biais de la glycoprotéine gp 20 qui reconnait et s’accroche à la molécule immunitaire CD4 présente à la surface du T4. Les vaccins essayent de changer la configuration de CD4 ; cependant, quand on change cette propriété, le lymphocyte T4 perd son action immunitaire.

4 Stades d’évolution de la maladie

Stade 1 : primo-infection à VIH : séroconversion ; le sujet est potentiellement un futur malade, il est un porteur sain.

Séroconversion : apparition dans le sang d’anticorps en réponse à un antigène. Elle se produit après des délais variables. Dans le cadre d’une infection à VIH, la séroconversion apparait en général quatre à douze semaines après l’infection, exceptionnellement au bout de six mois ou d’avantage.

Stade 2 : stade asymptomatique : les manifestations cliniques ne sont pas encore visibles.

  • Stade 2a : stade avec signes biologiques (par analyse de sang) : anémie, leucopénie (diminution du taux de leucocytes), lymphopénie (diminution su taux de lymphocyte), diminution du taux de CD4, hypergammaglobulinémie.
  • Stade 2b : stade sans signe biologique.

Stade 3 : lymphoadénopathie généralisée (augmentation du volume des ganglions lymphatiques perceptible par palpation au niveau des plis des membres du système limbique, proche de la peau.

  • Stade 3a : stade avec signes biologiques
  • Stade 3b : stade sans signe biologique.

En général, on détecte la maladie à ce stade (à cause de l’augmentation des ganglions).

Stade 4 : stade symptomatique.

  • Stade 4a : phase AEG : altération de l’état général
  • Stade 4b : atteinte neurologique :

Centrale : méningite, encéphalite, myélopathie

Périphérique : neuropathie

  • Stade 4c : infection opportuniste majeur

Stade C1 : toxoplasmose cérébrale, cryptococcose, histoplasmose, coccidiomycose, aspergillose extra-pulmonaire, CNV, herpes ulcéré cutané ou muqueux ou de localisation cérébrale, leucoencéphalopathie multifocale progressive avec démyélinisation sous corticale et lésions gliales spécifiques, tuberculose pulmonaire, cancer du col de l’utérus

Stade C2 : leucoplasie chevelue de la bouche (plaque blanchâtre dégénérant en cancer), zona, nocardiose, pneumonie.

  • Stade 4d : stade oncologique (cancer) : sarcome de Kaposi : cancer de la peau, lymphome
  • Stade 4e : manifestations diverses ne pouvant pas être classées dans un des groupes précédant.

sida2.jpg

5 Mode de contamination

  • Voie sexuelle (petits vaisseaux sanguins de la muqueuse génitale mis à vif au cours des rapports sexuels, surtout chez le femme mais aussi chez l’homme
  • Echanges de seringues ou d’aiguilles
  • Transmission foeto- maternelle
  • Rare par transfusion sanguine

Sida-repartition.png