1. généralités

La pénétration d’un micro-organisme au sein du système nerveux entraîne toujours une réaction inflammatoire de celui-ci. Les conséquences négatives sur l’organisme de cette réaction inflammatoire sont :

  • une infiltration cellulaire du micro-organisme
  • Une altération du parenchyme (tissu fonctionnel d’un organe mais qui ne jour pas le même rôle selon sa localisation dans l’organisme) ; on parle également d’altération parenchymatique.

La barrière hémato-encéphalique, de nature chimique, est une protection relative de l’encéphale vis à vis des infections :

  • elle retient certains agents infectieux
  • Elle maintient l’encéphale à l’abris des réactions immunologiques générales.

Cependant :

  • elle laisse pénétrer certains virus et bactéries
  • Elle peut être rompue par embolie microbienne (oblitération d’un vaisseau sanguin par un caillot ou un corps étranger véhiculé par le sang jusqu’au lieu où le calibre est insuffisant pour permettre son passage).
  • Elle limite la diffusion d’agents thérapeutiques. Pour le traitement d’une pathologie infectieuse touchant le SNC, il est nécessaire d’amener la substance directement dans le cerveau.

Le rôle du terrain prédisposant (génétique, mode de vie) est important dans ce type de pathologie, surtout concernant les infections opportunistes (infections multiples). Elles surviennent chez les patients :

  • immunodéprimés : soit le système immunitaire fonctionne mal, soit un traitement implique un dysfonctionnement du système immunitaire
  • porteur du virus du SIDA

2. Classification des atteintes possibles

Selon la topographie lésionnelle :

  • Moelle épinière : myélite
  • Méninges, LCR : méningite
  • encéphale : encéphalite

Selon le profil évolutif

  • forme chronique (quelques semaines à quelques mois)
  • forme subaiguë (quelques jours à quelques semaines)
  • forme aiguë (quelques heures à quelques jours
  • forme fulminante (quelques minutes à quelques heures)

3. Les infections bactériennes

4. Les infections parasitaires

Elles sont rares en France mais peuvent être ramenées au cours do voyages, notamment en Asie et en Afrique.

5. Les infections virales