1. Un peu de vocabulaire

« Pédophilie » est un terme générique désignant un comportement qui se traduit par une attirance érotique à l’égard des enfants dans le cercle familial ou en dehors de lui. Le pédophile est un individu qui est attiré sexuellement et de manière irrépressible par un mineur, le plus souvent impubère.

Etymologiquement, «pédophilie » vient du grec « pais, paidos » , « enfant » et « philien », « aimer d’amitié », sans qu’il y ait de connotation sexuelle. Il s’agit d’un terme d’emploi relativement récent, datant de la fin du XIXème siècle. Ce terme est différent de celui de « pédérastie ». Il s’agit une notion antique désignant le désir amoureux (sexuel) de l’homme adulte pour un jeune garçon. C’est par un abus de langage qu’au XIXème siècle, le terme pédérastie fut pris pour équivalent du mot homosexualité qui correspond à des relations sexuelles entres adultes consentants de même sexe. La pédérastie, rite initiatique grec afin de perpétuer la transmission de l’identité virile et citoyenne ne peut en aucun cas être prise pour un antécédent des pratiques pédophiles contemporaines.

Les chiffres recueillis sur la fréquence des actes pédophiles sont loin d’estimer la réalité compte tenu du silence qui entoure ce phénomène :

  • 1995 : 5 500 cas de pédophilie avérés par la police
  • 2000 : 5 500 cas de pédophilie avérés par la police

2. Classification en psychiatrie

La CIM 10 définit la pédophilie comme « la préférence sexuelle pour des enfants, le plus souvent prépubères ».

Le DSM IV parle « d’activité sexuelle avec un (ou des) enfant(s) Prépubère(s), l’agresseur devant être âgé d’au moins 16 ans et avoir au moins 5 ans de plus que la victime.

Critères diagnostics du DSM IV

A. Présence de fantaisies imaginatives sexuellement excitantes, d’impulsions sexuelles, ou de comportements, survenant de façon répétée et intense, pendant une période d’au moins 6 mois, impliquant une activité sexuelle avec un enfant ou des enfants prépubères (généralement âgés de 13 ans ou plus jeunes).

B. La personne a cédé à des impulsions sexuelles, ou les impulsions sexuelles ou les fantaisies imaginatives sont à l’origine d’un désarroi prononcé ou de difficultés interpersonnelles.

C. Le sujet est âgé de 16 ans au moins et a au moins 5 ans de plus que l’enfant mentionné en A.

Spécifier si :

  • attiré sexuellement par les garçons
  • attiré sexuellement par les filles
  • attiré sexuellement par les filles et les garçons

Spécifier :

Limité à l’inceste

Spécifier le type :

  • type exclusif (attiré uniquement par les enfants)
  • type non exclusif

3. Clinique du pédophile

Les auteurs de pédophilie sont quasi exclusivement des hommes. Généralement, l’abuser connaît préalablement l’enfant qu’il séduit, qu’il cherche à manipuler de manière perverse en essayant d’obtenir sont consentement et sa participation.

Certains pédophiles ont des intérêts sexuels uniquement pour les filles ou pour les garçons, d’autres pour les deux sexes.

3.1 Typologies des pédophiles

Il faut en premier lieu distinguer :

  • la pédophilie primaire (d’élection, chronique), forme la plus fréquente qui commence à l’adolescence où le choix d’objet sexuel est uniquement un enfant.
  • La pédophilie réactionnelle (transitoire) par remplacement ou compensation.

Les adultes auteurs d’agressions sexuelles sur les enfants sont principalement des hommes. Ils sont dans leur grande majorité physiquement et psychiquement normalement constitués ; le niveau intellectuel n’est pas à mettre en cause. De même, dans la majorité des cas, on ne relève pas la présence d’une pathologie psychiatrique (type schizophrénique ou autre).

Une étude réalisée par Hudson et al (1999) montre que pour environ 32% des pédophiles, le but de l’acte est de provoquer un plaisir sexuel mutuel à la fois chez l’agresseur et chez la victime ; ils évaluent leur acte comme un acte d’amour, le jugeant positivement et manifestant un fort désir de récidive.

Environ 15% des pédophiles présenteraient des affects dépressifs, de solitude et seul leur plaisir sexuel compterait. Ils manifesteraient un sentiment de culpabilité après avoir commis l’acte pédophile et aucune envie de récidiver.

Dans 24% des cas, les affects sont également à tonalité dépressive mais l’individu ne planifie pas son acte et va jusqu’à nier le plaisir qu’il a pu en retirer.

Il existe différentes typologies selon le critère de classification choisi :

  • sexe de la victime :

- Pédophilie homosexuelle exclusive : la plus fréquente est la pédophilie entre un homme et un jeune garçon.

- Pédophilie hétérosexuelle exclusive

- Pédophilie homosexuelle et hétérosexuelle

  • âge de la victime :

- Prépubère

- Adolescent

  • Pédophilie isolée ou associée à d’autres paraphilies. La pédophilie isolée reste la plus fréquente.
  • Utilisation ou non de la violence
  • Age du pédophile : on distingue généralement trois groupes d’individus :

- Moins de 20 ans

- Autour de 30 ans

- Plus de 50 ans

  • personnalité du pédophile

Dans leur article, Tyrode et Bourcet (2000) proposent la classification suivante des pédophiles:

  • Les sujets sains se situant hors du champ de la pédophilie.
  • Les pédophiles potentiels ne sont jamais passés à l’acte même s’ils ont un nombre important de fantasmes et d’activités en lien avec la pédophilie. Ils sont susceptibles de passer à l’acte dans le futur.
  • Les pédophiles aménagés se placent (généralement de façon inconsciente) au contact d’enfant, notamment par le biais de leur emploi. Ils sont également susceptibles de passer à l’acte.
  • Les pédophiles occasionnels passent à l’acte ponctuellement. Il représente une rupture par rapport à leur mode de vie habituel.
  • Les pédophiles dépendants passent à l’acte fréquemment. Ils peuvent être classés en deux catégories :

- Les pédophiles souffrant moralement de leur geste avec un sentiment de culpabilité important vis à vis de leur victime.

- Les pédophiles présentant une froideur affective et aucune culpabilité vis à vis de leur victime.

  • Les pédophiles dépassés sont de grands criminels polyvalents. Leur prise en charge psychothérapeutique est impossible.

Des études psychopathologiques sur la pédophilie montrent que, si on ne peut pas dégager une personnalité «type » du pédophile, deux grandes constantes sont toutefois retrouvées :

  • Difficultés affectives et/ou éducatives dans le passé, avec parfois présence d’abus sexuels ou toutes autres formes de maltraitance. Souvent, la relation avec la mère est dysfonctionnelle (mère absente, hostile ou indifférente).
  • Angoisse importante liée à l’établissement d’une relation sexuelle de qualité.

3.2 Moyens utilisés

  • Le plus fréquemment manipulation et persuasion de l’enfant. Après l’acte, le pédophile peut offrir des cadeaux à sa victime afin de se soustraire à son sentiment de culpabilité ou afin d’exercer une sorte de chantage sur l’enfant.
  • coercition
  • Utilisation de moyens violents : dans ce cas, l’agresseur sera plutôt de type impulsif, narcissique et égocentrique.

4. Au plan juridique

En France, légalement, après avoir atteint ses 18 ans, un individu peut porter plainte sur le plan pénal 10 ans après sa majorité et sur le plan civil, dans un délai de 30 ans.

Au plan juridique, la pédophilie correspond au «viol avec présence de circonstances aggravantes », la minorité sexuelle étant définit après 15 ans.

Il apparaît utile de rappeler dans cette section que la question du consentement pour tout acte sexuel ne peut pas être avancée avant l’âge de 15 ans. Une victime de moins de 15 ans, quelles que soient ses déclarations, sera toujours considérée comme ayant subi une agression sexuelle. Cela signifie que, en France, les relations sexuelles avec un mineur de moins de 15 ans sont totalement prohibées.

Voir aussi...

Ouvrages

Les comportements violents et dangereux