Le délire schizophrénique, encore appelé « délire paranoïde, se caractérise par une expression désordonnée d’idées étranges, souvent sans lien les unes avec les autres. Il s’oppose au délire paranoïaque puisque l’activité délirante du schizophrène se caractérise par son absence de structure, de cohérence et de logique marquant ainsi les aspects dissociatifs. Il s’agit d’un délire polymorphe non systématisé où plusieurs mécanismes et thèmes sont associés, pouvant conduire le sujet à un sentiment de perte de contrôle sur sa propre activité psychique. Dans ce cas, le patient peut avoir l’impression que l’on devine sa pensée, que celle-ci est contrôlée de l’extérieure et qu’il est sous influence permanente. De même, les phénomènes de vol ou d’échos de la pensée (le sujet entend qu’on lui dicte sa pensée) sont fréquents. Le patient assiste en spectateur à ses propres pensées ; c’est ce que l’on nomme le mécanisme d’automatisme mental. Il peut venir accompagner l’activité délirante du schizophrène.

Par conséquent, le délire paranoïde est flou, incohérent, au cours duquel n’importe quel fait va être interprété avec un grand illogisme.


Voir aussi la page sur les troubles de la pensée, plus particulièrement la partie sur le délire.




Revenir à la page sur Les troubles schizophréniques

Revenir à la page sur Les troubles psychotiques