Epreuve destinée à évaluer l’intelligence non verbale.

A l’origine, ce test a été proposé par l’armée britannique en 1944.

Elle est chronométrée ce qui implique fortement la capacité de vitesse de traitement de l’information.

C’est un test qui mesure le facteur général « g » (intelligence fluide définie par Cattell), le raisonnement inductif. Devant une séquence « A – B – C - ?», le sujet doit découvrir la relation existante en le A et le B et le B et le C pour en déduire quel est le quatrième terme (ici D) qui, avec C, doit avoir la même relation que A avec B.
Ce test permet une évaluation rapide, indépendante du langage. Il est employé seul ou associé à un test de vocabulaire (le Binois Pichot) pour une mesure de la probabilité de la détérioration mentale.

Il existe trois versions de ce test correspondant à des réétalonnages.

 

Tâche

 

On présente au sujet des stimuli, des dominos rangés en bandes, en rosaces ou en escargots. La tâche est de compléter le domino manquant en appliquant des règles logiques.

Il existe quatre types de règles :

  • Items spatiaux : nécessitent une stratégie de résolution spatiale (symétrie, répétition, inversion des dominos).
  • Items numériques : suite de dominos régie par des règles de type numérique avec augmentation ou diminution des points, s’appliquant de proche en proche ou de façon alternée.
  • Items mixtes : suite basée sur des règles spatiales et numériques.
  • Items arithmétiques faisant appel aux règles numériques de type somme, soustraction, multiplication de deux dominos pour obtenir de troisième.

 

Cotation

 

Transformation des notes brutes en notes standards (classes) :

  • Classe 2 – 1 : performances faibles à très faibles
  • Classe 0 : déficit
  • Classe 5 : niveau moyen
  • Classe 10 : niveau très supérieur

 

Exemples