Devenir adulte, c’est renoncer à son besoin d’approbation pour accepter de répondre à son besoin d’affirmation, à son besoin de différenciation.

Un exemple : « c’est vrai maman , que lorsque j’étais expert comptable, je gagnais bien ma vie, j’avais une étiquette sociale, une profession prestigieuse, et lorsque je t’ai dis que je voulais commencer une école d’éducateur spécialisé dans l’enfance inadaptée, et que je renonçais donc à l’expertise comptable, je n’ai pas eu ton approbation… je t’ai bousculée dans toutes tes valeurs, je t’ai angoissée, irritée, mais pour m’affirmer, il a bien fallu que je prenne le risque de renoncer à ton approbation, donc de te faire de la peine, de te laisser affronter seule ton angoisse au sujet de mon avenir… ».

Avant d'en arriver au dialogue avec l’autre, il vaut mieux apprendre à dialoguer avec soi même, car de toutes les façons, quand on est dans un processus de changement, dans un processus de mutation, on fera inévitablement de la peine à ceux qui nous entourent, on va les déstabiliser et donc les inquiéter, on va blesser leur croyance, choquer leurs convictions…

… Voilà un des fondements de tout parcours humain. Prendre le risque de se définir, de se positionner, de faire des choix de vie sans avoir le soutient de ceux qui nous ont élevés, accompagnés, sans avoir l’approbation de ceux qui nous aiment… tels qu’ils nous veulent, et qui vons voir beaucoup de mal à maintenir des relations aimantes ou respectueuses avec nous !

il est très rare que l’on trouve dans une démarche de changement, surtout venant d’un être proche, un quitus, un accord, un encouragement.

En clair, même si cela vous paraît injuste : ne comptez pas trop sur ceux qui vous aiment pour être encouragés dans un processus de changement !

C’est un des paradoxes les plus troublants de la relation intime.

Cela dit, le dialogue, quand il est possible, ouvert, peut bien sur favoriser la prise de conscience et soutenir un processus de changement.

Toute démarche de changement comporte un prix à payer, celui de mettre en danger les relations essentielles de notre vie. Quant je dis en danger, ça ne veut pas dire qu’elles doivent nécessairement se briser ou se distendre, mais de toutes les façons, nos intimes seront menacés et le surgissement, parfois intempestif, de nouvelles interrogations suscitera des réactions passionnelles difficiles à intégrer au quotidien.