Le diagnostic de syndrome démentiel est un domaine d’application important de la psychométrie. Il s’agit de détecter et quantifier des changements comportementaux : la passation de tests psychométrique contribue à l’établissement d’un diagnostic précoce de démence. La psychométrie est appropriée pour l’examen du patient relativement jeune qui souffre d’un syndrome démentiel débutant mais elle est inappropriées pour :

  • les troubles cognitifs plus sévères
  • quand les capacités langagières et sémantiques sont affectées
  • les patients les plus âgés.

Examen des fonctions cognitives

Pour effectuer une évaluation en cas de suspicion de démence, il faut que les troubles cognitifs soient légers ou modérés. On va rechercher une baisse de l’efficience intellectuelle et des signes d’organicité cérébrale. Pour cela, on fait un examen des principales fonctions cognitives (mémoire, langage, gnosies, praxies, fonctions exécutives).

Les batteries

Elles permettent l’évaluation de plusieurs fonctions cognitives en un minimum de temps. Elles sont souvent utilisées dans un objectif de diagnostic différentiel et d’évaluation de la sévérité d’un syndrome démentiel. Elle sont obligatoirement complétée par un examen neuropsychologique précis de chaque fonction cognitive.

Le MMS (Folstein, 1975)

Il permet l’évaluation de l’orientation temporo-spatiale, de l’attention, du calcul mental (mémoire de travail), des capacités d’apprentissage, de la mémoire, du langage et des praxies. Le seuil pathologique est de 24/30.

Cependant, il a une faible sensibilité en cas de déficit léger ou de niveau culturel élevé et il ne permet pas d’évaluer toutes les sphères de la cognition, notamment les fonctions exécutives.

ERCF (Gil et al, 1986)

Echelle d’évaluation hiérarchisée de la démence (Cole et Dastoor, 1980)

Elle est composée de différents subtests. Pour chacun, on commence par l’item le plus difficile. En cas d’échec, on passe au précédent. Il y a des normes pour chaque subtest ce qui permet de ne pas les faire tous passer et de voir précisément quels sont les déficits du patient.

BEC (1996)

Brève et relativement globale tout en intégrant des taches pertinentes dans le cadre de l’évaluation des démences. Elle comprend des épreuves de rappel libre et de reconnaissance.

ADAS (Rosen, Mohs et Davis, 1984)

Evaluation de l’ensemble des déficits cognitifs et comportementaux chez les patients atteints de la Maladie d’Alzheimer.

MATIS Démentia rating scale (Matis, 1976)

Elle permet d’évaluer l’attention, l’initiation, les capacités visuo-constructives, la conceptualisation et la mémoire. La passation dure entre 20 et 30 minutes est la fiabilité est bonne.

BREF (Dubois et Pillon)

Spécifiquement construite pour évaluer uniquement les fonctions exécutives. Elle est composée de différents subtests de similitude sémantique, de fluence littérale, d’évaluation du comportement de préhension et d’imitation, de la séquence motrice de Luria, consignes conflictuelles et le Go/nogo.

Ces évaluations doivent être systématiquement complétées par une analyse plus détaillée des différentes fonctions cognitives. Ces évaluations complémentaires vont permettre de préciser le diagnostic et d’analyser les capacités préservées et perturbées du patient. L’examen neuropsychologique doit permettre de cerner au mieux les perturbations en utilisant les outils théoriques et méthodologiques les plus pertinents.

Evaluation des fonctions mnésiques

Selon les critères actuels, la présence de troubles de mémoire constitue une obligation pour porter le diagnostic de démence. Ces troubles sont particulièrement marqués dans la maladie d’Alzheimer, ces symptômes sont inauguraux et longtemps prédominants.

La mémoire épisodique

Oubli des faits récents avec conservation de l’accès aux souvenirs anciens.

Amnésie antérograde : elle est due à un défaut d’encodage des informations souvent associé à un déficit de stockage et de récupération. il y a un déficit de ces trois niveaux dans la maladie d’Alzheimer. l’amnésie antérograde est associée à une désorientation temporo-spatiale.

Test de Grober et Buschke

Il permet l’analyse des performances d’un sujet en manipulant le mode de récupération tout en contrôlant la situation d’encodage, en l’occurrence, en contraignant le sujet à effectuer un encodage profond. Il est utile en cas de problème de diagnostic différentiel entre une démence corticale et une démence sous corticale.

La mémoire sémantique

Les perturbations de la mémoire sémantique sont non constantes mais souvent présentes. C’est un argument déterminant dans le diagnostic de Maladie d’Alzheimer.

Warrington et Shallice (1995) distinguent des critères qualitatifs pour distinguer les troubles d’accès aux représentations sémantiques des troubles des représentations sémantiques elles-mêmes.

Les troubles des représentations sémantiques :

  • effet de fréquence des items
  • effet de constance des erreurs d’une passation à une autre
  • préservation de l’information superordonnée en contraste avec une atteinte des attributs spécifiques
  • absence d’amélioration dans les taches d’amorçage sémantique.

La dégradation des représentations sémantiques est au centre du concept de démence sémantique (Hoges et al, 1992).

Fluidité verbale

Dénomination d’objets

Test non spécifique. Un échec peut être du à un trouble d’accès au lexique ou à une perturbation des représentations sémantiques.

Appariement d’objets

Définitions

Mémoire à court terme et mémoire de travail

Atteinte inconstante de la mémoire à court terme en début de Maladie d’Alzheimer contrairement à des performances très perturbées en mémoire de travail. Mais attention, les troubles de la mémoire de travail sont fréquents dans les différents syndromes démentiels.

Empans (verbal et visuo-spatial)

Paradigme de Brown et Peterson

Exploration du système central exécutif.

Double tache

Alpha span

Exploration du système central exécutif et du système phonologique. Restituer dans l’ordre alphabétique une série de mots présentés dans le désordre.

Evaluation du langage

Le langage oral

L’évaluation du langage ressemble à celle des troubles de la mémoire sémantique (les perturbations dominantes sont d’ordre lexico-sémantique).

Dénomination d’images (BEC 96, DO 80)

Evaluation des connaissances sémantiques pour préciser la nature du trouble

Le langage écrit

Il est intéressant dans l’évaluation des syndromes démentiels car les perturbation sont précoces et relativement spécifiques.

Ecriture sous dictée : mots réguliers, irréguliers, non-mots, lettres isolées.

Evaluation des praxies

Dans ce domaine, il existe beaucoup moins de travaux comparé aux troubles du langage et de la mémoire.

L’apraxie constructive

Il s’agit de la perte de la 3ème dimension (dessin du cube échoué).

Dessins sur ordre oral (dessin de l’horloge)

Dessins copiés

Apraxies idéatoires et idéomotrices

Apraxie de l’habillage

Evaluation des gnosies

Agnosie visuelle

Mise en évidence à travers les dénominations d’images, outre les désordres linguistiques.

La prosopagnosie

Non reconnaissance des visages.

Evaluation des fonctions exécutives

On retrouve une perturbation des fonctions exécutives dans la plupart des syndromes démentiels, avec toutefois des différences.

Il n’y a pas de batterie neuropsychologique qui soit adoptée largement pour l’évaluation du fonctionnement exécutif dans les démences. Pourtant, il y a un enjeu important compte tenu des répercutions très larges dans la vie quotidienne des déments.

Les outils d’évaluation des fonctions exécutives les plus fréquemment utilisés dans les syndromes démentiels sont des tests de laboratoire. Leur pertinence reste limitée dans la mesure où ils constituent des situations très structurées. Il y a une nécessité de compléter l’évaluation classique par l’observation du patient dans la vie de tous les jours et par des mesures dans des situations d’activités quotidiennes.

Wisconsin Card Sorting Test (Heaton et al, 1993, Paclo et al, 1996)

Ce test mesure des capacités de prise de décision, de résolution de problèmes et de flexibilité cognitive.

Tache d’évocation lexicale

Résolution de problèmes arithmétiques

Taches de jugement et de raisonnement

TMT A, B

6_4.gif