NEPSY (Korkman, 1997) est une batterie d'évaluation pour enfants de 3 à 12 ans.

Elle permet une évaluation neuropsychologique du développement de l'enfant. Elle fournit d’abondantes données utiles à la mise en place d’une remédiation (pédagogie adaptée, soutien à long terme), ou l’établissement d’un traitement.

La batterie NEPSY est particulièrement adaptée au bilan d’enfants ayant des difficultés d’apprentissage, des handicaps moteurs ou sensoriels, des déficits attentionnels, des traumatismes crâniens, des troubles cérébraux congénitaux ou acquis, des lésions cérébrales ou maladies cérébrales, un retard mental ou des syndromes génétiques.
La NEPSY permet de repérer les forces et d’analyser les déficits des sujets dans cinq domaines particulièrement impliqués dans les apprentissages (ces cinq domaines sont regroupés en trois kits qui peuvent être utilisés de façon indépendante).

Elle compte 27 subtests permettant d'évaluer:

  • les fonctions attentionnelles et exécutives
  • le langage
  • les fonctions sensori-motrices
  • le traitement visuo-spatial
  • la mémoire

 

Fonctions attentionnelles et exécutives

 

Les tests évaluant ces fonctions mettent en jeu:

  • l'inhibition, le contrôle et l'autorégulation
  • l'attention séléctive et soutenue
  • le maintien d'un schéma de réponse
  • la résolution de problèmes non verbaux
  • la fluidité de dessin

 

La tour (5 à 6 ans, version avec des écureuils; 7 à 12 ans, version avec des boules colorées )

L’enfant doit déplacer trois boules colorées sur trois tiges suivant un nombre de déplacements définis.

Ce test évalue la résolution de problèmes dans une situation nouvelle et les stratégies de planification.

 

Attention auditive et réponses associées (5 à 12 ans)

Partie A: "Quand tu entends le mot ROUGE, prend un carré rouge et mets le dans la boite. Quand tu entends un autre mot, tu ne fais rien".

Partie B: "Quand tu entends le mot ROUGE, mets un carré jaune dans la boite. lorsque tu entends le mot JAUNE, met un carré rouge dans la boite. Lorsque tu entends le mot BLEU, met un carré bleu dans la boite.
Dans la partie B, on relève:

les omissions (défaut d'attention)

les fausses alarmes (mot rouge - carré rouge) qui dénotent une réaction impulsive où une surcharge cognitive.

L’enfant doit adapter sa réponse à des stimuli similaires ou contrastes.

Ce test évalue l'attention séléctive auditive soutenue et l'aptitude à maintenir un nouveau schéma de réponse ainsi que la vigilance.

Un echec peut être du à une faible attention, un manque de vigilance ou un problème dans la compréhension des consignes.

 

Attention visuelle (3 à 12 ans)

l’enfant doit observer des images et barrer les cibles aussi rapidement et précisément que possible.

Se réalise en deux parties. La seconde partie est plus difficile car les distracteurs ressemblent beaucoup à la cible à barrer.

On relève les fausses alarmes, les omissions et le temps de réalisation par rapport au nombre d'erreurs (la précision).

Si la partie 1 est réussie mais que la partie 2 est échouée, on peut supposer un déficit d'attention séléctive quand la charge cognitive est trop importante ainsi qu'un déficit de mémoire de travail.

 

La statue (3 à 12 ans)

L’enfant doit rester dans la même position durant 75 secondes et inhiber toute réponse impulsive à des distracteurs sonores.
"je veux que tu restes complètement immobile, comme une statue en train de porter un drapeau, avec les yeux fermés.

A 10 secondes, l'examinateur laisse tomber un stylo sur la table, à 20 seconde, il tousse bruyamment une fois et à 30 secondes, il tappe 2 fois sur la table.

Ce test évalue la persistance motrice et l'inhibition.

L'enfant peut répondre de manière impulsive au bruit ou montrer un défaut d'inhibition motrice pendant la période de silence.

 

Cogner et frapper (5 à 12 ans)

L’enfant apprend un pattern de réponses motrices, puis doit le maintenir en inhibant la tendance à imiter l’action de l’examinateur.

"Quand je frappe, tu cognes"

"Lorsque je cogne, tu poses et quand je pose, tu cognes. Mais quand je frappe, tu ne fais rien".

Ce test évalue l'autorégulation et la capacité à inhiber des impulsions motrices déclenchées par des stimuli visuels et l'adaptation à des consignes verbales contradictoires.

 

Le langage

 

Il se développe tout au long de l'enfance et de l'adolescence.

Pour l'évaluer, on regarde:

  • la répétition des pseudo-mots
  • la compréhension des instructions
  • l'accomplissement d'une tache de dénomination
  • la fluidité verbale
  • la production d'une séquence rythmique orale

 

Dénomination des parties du corps (3 - 4 ans)

L'examinateur pointe sur un dessin de petit garçon des parties du corps en demandant au sujet "comment est-ce que cela s'appelle?".

Un enfant ayant des performances faibles peut avoir des difficultés à récupérer des mots connus, un retard de maturation dans la connaissance des noms des parties du corps ou des difficultés d'articulation.

 

Processus phonologiques (tout âge)

"regarde ces trois dessins. Je vais te dire le mot qui va avec chaque dessin. Puis je te dirai une partie de l’un des mots ".

ce test évalue la capacité de segmentation phonologique.

 

Dénomination rapide (5-12 ans)

" Je veux que tu me dises la forme et la couleur de chacun des dessins. Fais le aussi vite que tu le peux sans te tromper. "

ce test évalue la capacité à accéder à des mots familiers. Il s’agit en effet pour l’enfant de récupérer et de produire des mots familiers.

On calcule la rapidité et la précision.

On observe en cas de déficit des troubles articulatoires et d’accès aux mots.

 

Compréhension de consignes (3-12 ans)

On montre une planche avec divers dessins et on demande à l’enfant " montre moi un grand lapin " ou " montre moi un lapin qui est grand et bleu et content ".

Ce test évalue la capacité de l’enfant à comprendre des consignes de plus en plus complexes.

 

Les fonctions sensori-motrices

 

Elles sont à la base d’un développement normal. Il s’agit de fonctions médiatrices qui permettent l’accès aux connaissances, à la résolution de problèmes, à la communication du d’un but.

Pour les évaluer, on regarde :

  • La capacité de traiter une information tactile de base
  • La capacité à imiter la position des mains
  • La production de séquences répétitives de mouvements
  • La capacité à utiliser un crayon avec précision

 

Distinction de doigts

" Je vais te toucher un ou deux doigts. Puis, je vais soulever le cache et tu va me montrer le doigt que j’ai touché. "

ce test évalue la capacité à identifier les doigts en utilisant seulement l’information tactile sans l’aide de la vue.

Des difficultés à ce test signe un trouble dans le traitement de l’information tactile, un retard dans le développement sensori-moteur.

 

Imitation de positions de mains (3-12 ans)

L’enfant doit imiter la position des mains de l’examinateur :

" fais un O comme ça "

" Fais un téléphone comme ça "

ce test évalue l’aptitude à imiter des position de mains ou de doigts à partir d’un modèle (praxie kinesthésiques, réflexives mettant en jeu des positions digitales : gestes sans signification).

Un échec à ce test montre un problème dans la coordination de la motricité fine.

 

Précision visuo-motrice (3-12 ans)

L’enfant doit dessiner un trait au milieu d’une piste.

" Tu vois ce parcours ? Trace un trait dessus sans toucher les bords et sans faire tourner la feuille. "

Ce test évalue la vitesse de la motricité fine et la précision de la coordination oculomotrice.

 

Tapping

Ce test évalue la dextérité digitale et la rapidité avec laquelle des mouvements sont produits (vitesse motrice). La main dominante et l’autre main sont toutes les deux testées.

 

Séquences motrices manuelles

Ce test évalue l’aptitude à imiter une séquence de mouvements réalisées avec une seule main ou les deux.

 

Le traitement visuo-spatial

 

Il s’agit de la capacité à comprendre les relations entre les objets dans l’espace, à copier un modèle.

Pour l’évaluer, on regarde :

  • La capacité de juger l’orientation d’une ligne
  • La capacité à copier une figure géométrique en 2D ou en 3D
  • La capacité à utiliser une carte simplifiée pour localiser une cible sur une carte plus complexe

 

Copie de figures

Ce test évalue les capacités grapho-motrices.

 

Flèches (5-12 ans)

On montre à l’enfant divers planches sur lesquelles sont dessinées une cible et des flèches. On demande à l’enfant " quelles sont les deux flèches qui vont arriver tout droit au milieu de la cible ? ".

Ce test évalue la capacité de l’enfant à juger de l’orientation spatiale et de la direction de lignes.

Un échec signe des difficultés dans le jugement de directions, de l’estimation de distances, de l’orientation et des angles. L’enfant aura alors des difficultés à comprendre les positions relatives des objets dans l’espace.

 

Cubes (3-12 ans)

Ce test évalue les capacités visuo-constructives, l’aptitude à reproduire, à partir d’un modèle réel et d’images, des constructions en trois dimensions.

 

Orientation (5-12 ans)

Il test la capacité à reconnaître un itinéraire.

Ce test évalue la compréhension des relations visuo-spatiales et de l’orientation, ainsi que la capacité à transférer ses connaissances d’une carte schématique à une carte plus complexe.

 

La mémoire

 

On va regarder les capacités :

  • De mémoire immédiate des phrases
  • De mémoire narrative en rappel libre et indicé
  • De mémoire immédiate et différée des visages, des prénoms et de listes de mots. Cette capacité s’améliore avec l’augmentation de la capacité de conceptualisation, de catégorisation et d’association. quand on grandit, on a des stratégies d’encodage complexes, efficaces donc la récupération sera plus aisée. Chez un enfant jeune, la grande lenteur dans l’apprentissage serait due à une maturation non totale des lobes frontaux. Cette maturation se poursuit jusqu’à la pré-adolescence. Avant, l’enfant à des capacités limitées dans l’utilisation de stratégies mnésiques. Par exemple, pour identifier des visages, le jeune enfant s’attache à des détails alors que plus tard, il utilise des stratégies de configurations plus globales.

 

Mémoire des visages

" Regarde ces trois photos. Tu as déjà vu un de ces enfants tout à l’heure. montre moi celui que tu as vu tout à l’heure ". il y a un rappel immédiat et un rappel différé après 30 minutes.

Un échec montre un problème dans le maintient de l’information au cours du temps. Un score bas peut être le signe de troubles de la mémoire visuelle, d’un défaut d’attention lors de la phase d’encodage ou de difficultés visuo-spatiales.

 

Mémoire des prénoms (5-12 ans)

Ce test évalue la capacité à retenir des prénoms d’enfants après trois essais d’apprentissage. il y a un rappel libre et un rappel différé au bout de 30 minutes.

" Voici Thomas. Essai de t’en souvenir. Répète chaque prénom après moi ". puis dans la phase de rappel " Qui est-ce ? ".

Un échec montre des difficultés d’encodage et de récupération des informations ou un problème attentionnel.

 

Mémoire narrative (3-12 ans)

L’examinateur raconte une histoire à l’enfant :

"  Il était une fois un petit garçon, Paul, dont le meilleur ami s’appelait Apache. Apache était… ".

le test est composé d’un rappel libre " Maintenant, raconte moi l’histoire " et d’un rappel indicé " Comment s’appelait le chien ? ".

ce test évalue la capacité d’organisation des informations afin de produire une histoire cohérente.

Un problème peut être du à un déficit d’encodage et de compréhension de texte, à un déficit d’attention (l’enfant donne la trame de l’histoire mais aucun détails).